Récupération des sacs de plastique au centre de tri de Roberval La Régie des matières résiduelles remporte le prix Antonio Lemaire pour son innovation
15 Mars 2018
Récupération des sacs de plastique au centre de tri de Roberval  La Régie des matières résiduelles remporte le prix Antonio Lemaire pour son innovation
Description

C’est le 14 mars dernier, dans le cadre du gala  Distinctions 2018  présenté au salon des TEQ du Réseau Environnement à Québec, que la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR) a remporté le prix Antonio Lemaire pour son projet innovateur de récupération de sacs de plastique à son centre de tri de Roberval.  Ce prix, est remis à une ville, une municipalité ou une MRC qui œuvre dans le domaine de la gestion des matières résiduelles et qui a contribué de façon remarquable au Québec à l’amélioration et à la bonne gestion des infrastructures dans ce domaine.

Communiqué pour diffusion immédiate

 

 

Récupération des sacs de plastique au centre de tri de Roberval

La Régie des matières résiduelles remporte le prix Antonio Lemaire pour son innovation

 

Alma, jeudi le 15 mars 2018 – C’est hier, dans le cadre du gala  Distinctions 2018  présenté au salon des TEQ du Réseau Environnement à Québec, que la Régie des matières résiduelles du       Lac-Saint-Jean (RMR) a remporté le prix Antonio Lemaire pour son projet innovateur de récupération de sacs de plastique à son centre de tri de Roberval.  Ce prix, est remis à une ville, une municipalité ou une MRC qui œuvre dans le domaine de la gestion des matières résiduelles et qui a contribué de façon remarquable au Québec à l’amélioration et à la bonne gestion des infrastructures dans ce domaine.  «  Nous tenons à souligner le travail exceptionnel de nos équipes de travail à l’interne pour cette belle réussite, commente M. Guy Ouellet, directeur général de la RMR.  Depuis la mise en place de ce système, c’est 11 millions de sacs que nous avons réussi à récupérer, de conclure, M. Ouellet. » La RMR tient également à féliciter la Ville de Saguenay qui était en liste dans cette catégorie pour son projet de recherche sur les biosolides.

 

Une innovation « fait maison »

Depuis longtemps, la RMR souhaitait récupérer cette matière qui se retrouve en bonne quantité dans son centre de tri. Or, ces matières en constante expansion représentaient près de 10,4% des matières recyclables enfouies au lieu d’enfouissement technique d’Hébertville-Station en 2016.

Les systèmes qui existaient sur le marché étaient trop coûteux et mal adaptés à la réalité du centre de tri. Au surplus, la RMR avait un manque d’espace d’entreposage dans son centre de tri. C’est donc pour pallier à ces problématiques que l’équipe à l’interne a développé un système unique adapté et efficace.

Pendant deux ans, l’équipe du centre de tri et le département de la recherche et du développement ont mis la main à la pâte pour développer une machine sur mesure. C’est ainsi qu’une firme régionale a été interpellée pour la conception d’un équipement unique. Les travaux ont débuté en juillet 2015, plusieurs prototypes ont été développés et des essais ont été effectués avant d’en arriver avec un système éprouvé. À terme, ce sont quatre machines qui seront installées au centre de tri.

 Avant la mise en place de ce système, les sacs de plastique étaient triés manuellement par les employés et considérés comme des contaminants, pour terminer leur course au lieu d’enfouissement technique.

 

 Tirer son épingle du jeu : s’améliorer pour performer

Toujours dans le but d’offrir une qualité de matières impeccables sur les marchés, la RMR investira un peu plus de 2 millions dans son centre de tri dans la prochaine année. C’est dans le cadre d’un appel de proposition de Recyc-Québec que la RMR a déposé une demande de financement. Ces sommes seront utilisées afin d’ajouter de nouvelles technologies et ainsi moderniser son usine et perfectionner la technique de tri. La RMR tient par ailleurs à préciser que malgré les informations qui circulent sur le recyclage, celle-ci n’a pas subi d’impact d’écoulement de la matière dû aux nouvelles normes chinoises de qualité.  En effet, en 2017 le centre de tri a récupéré près de 90 % des matières reçues et réussit à écouler tous ses ballots sur les marchés nationaux, nord-américains ou internationaux. Les matières qui vont à l’enfouissement sont des contaminants qui ne devraient pas se retrouver au centre de tri telles que des déchets des vêtements, etc. C’est pourquoi la RMR poursuivra ses efforts de sensibilisation pour encourager les bonnes pratiques.

 

Sur la photo de gauche à droite : Messieurs Jean Lacroix, président directeur général de Réseau Environnement, Mathieu Rouleau, directeur général adjoint de la RMR, Guy Ouellet, directeur général et Mme Karine Boies, présidente du conseil d’administration Réseau Environnement.