André Paradis nommé président de la RMR
13 Décembre 2017
André Paradis nommé président de la RMR
Description

André Paradis, préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-est est nommé président de la RMR.

Nouveau conseil d’administration pour la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean

André Paradis est élu président

 

Suite aux élections municipales du 5 novembre dernier, les conseils des trois MRC du Lac-Saint-Jean ont délégué de nouveaux représentants sur le conseil d’administration de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean. Le nouveau CA est formé de messieurs André Paradis, maire de Saint-Henri-de-Taillon et préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, Jules Bouchard, maire de Saint-Nazaire, Réal Côté, maire d’Hébertville-Station, Lucien Boivin, maire de Saint-Prime et préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Luc Gibbons, maire de Saint-Félicien, Luc Simard, préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine et Pascal Cloutier, maire de Dolbeau-Mistassini.

Ainsi, le 13 décembre dernier, le conseil nouvellement formé s’est réuni pour la première fois à Dolbeau-Mistassini. Outre des résolutions administratives, les sept élus devaient prendre une décision importante: nommer un nouveau président. Ainsi, c’est à l’unanimité que le conseil d’administration a élu M. André Paradis pour occuper ce poste. « Merci pour votre confiance, commente M. Paradis à l’issu de sa nomination. Je vous fais une seule promesse, celle de travailler avec vous en toute collégialité et tout respect. Nous sommes une équipe maintenant et nous avons de beaux défis qui nous attendent

Rappelons que depuis décembre 2009, le conseil d’administration était présidé par M. Lucien Boily, conseiller à la Ville d’Alma. Le nouveau président a tenu à souligner la contribution de M. Boily et de l’administration précédente dans plusieurs grands dossiers. «  Je souhaite que le nouveau conseil poursuive sur cet élan et mène l’organisation encore plus loin, tout en offrant la même qualité de services, de conclure M. Paradis. »

Les prochains défis qui attendent le conseil d’administration nouvellement formé sont de taille. D’abord, ils devront s’attaquer au détournement des matières organiques avec l’arrivée prochaine du bac brun d’ici 2020. D’autre part, ils auront la tâche de mener les troupes à travers tout le processus d’évaluation environnementale concernant l’agrandissement du lieu d’enfouissement technique.